L'équilibre ou le chaos, à vous de décider
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ariane Lothlorien (Acceptée)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ariane Lothlorien
Nouvelle Arrivée
avatar


MessageSujet: Ariane Lothlorien (Acceptée)   Dim 5 Avr - 14:46

Nom : Lothlorien
Prénom : Ariane
Surnom : Relatif aux personnes

Âge : 17 ans, à l'apparence d'en avoir 20
Date de naissance: 26 août 1437
Lieu de naissance : Indéterminé
Élément: Feu

Nationalité : Anglaise, d'Angleterre
Famille [s’il y a lieu] : Elle est orpheline
Race : Humaine

Animal de compagnie : Aucun
Orientation sexuelle : N'a jamais sentit aucun sentiment d'attirance ou d'amour, lui est inconnu jusqu'à maintenant

----------------------------------------------------

Physique : Ariane à une silhouette fine et gracieuse. Petite, environ 5p4, elle n'a aucun poids en trop. Sa physionomie, ses traits sont animés. Ses lèvres sont fines, découpés à la perfection dans son visage à la peau pâle. La forme de son visage est plutôt arrondie et son nez lui donne un air d'arrogance. Ses yeux, d'un marron foncé, presque noir, semble désintéressé. Ils ont une forme allongées, caractéristique qui amène à penser qu'elle a du sang asiatique non-loin dans sa famille -famille qu'elle ne connaîtra jamais-. Ses sourcils sont bien découpés, en une forme de demi-lune. Son sourcil gauche, lors d’amusement, forme souvent un triangle qui sème la confusion chez les gens à qui elle prend plaisir de ridiculisé du regard. Ce comportement apporte souvent les autres à penser qu'elle se pense supérieur à eux. Ses cheveux, brun foncé aux reflets rouges, sont souvent ondulés avec la température humide. Sur le côté gauche de son visage, elle a une marque de naissance, un tattoo qu'Ariane aimerait bien se débarrassé. Tout le long de son visage parfait, cette marque rouge, qui rappellerait les maquillages Amérindiens, est incrustée dans chaque pore de son visage. Souvent, lorsqu'elle était enfant, elle essaya de le cacher, et pourtant, cette marque restait toujours là, s'épaississant à chaque année, devenant de plus en plus d’une couleur rouge vive. -Car au début, elle était seulement d'un petit rose pâle, ressemblant un peu à une marque dans la peau lorsqu'on s'appuie trop longtemps sur la même forme d'un meuble, par exemple.- Ariane n'est pas trop extravertie du côté vestimentaire, et déteste montrer trop de la peau de ses bras ou de ses jambes. Aux rares occasions que cela arrive, on remarque que sa peau est semblable à celle de son visage. Tel une douceur d'une peau de bébé, on voit qu'aucune trace du passé à pu heurter cette pâleur et on y décèle une certaine fragilité. En fixant son regard, on encore peut sentir la pureté de tout son corps. Cependant, Ariane n'est plus une enfant. Ses formes arrondies et sa poitrine le prouvent. Certain diront qu'elle ne se met pas en valeur, mais cela ne l'intéresse pas.

Caractère : Ariane est incomprise. Malgré tout le savoir qu'elle a acquis dans sa vie, jamais elle n'a eu les réponses qu'elle cherchait. Jamais elle n'a su ce qu'elle voulait si avidement savoir. Son caractère, forgé par les autres, est cependant versatile. On ne sait jamais trop à quoi s'attendre avec elle. La seule chose qu'on sait, c'est ce qu'elle ne fera pas. Jamais elle se mettra en avant des autres pour être le centre d'attention, elle déteste ça. Jamais non plus elle cherchera à impressionner qui ce soit. Elle ne fera jamais de remarques superflues, elle ne parlera que pour le strict nécessaire, que pour dire les choses qui échappent aux autres. Souvent les autres parleront d'elle de façon odieuse. C'est parce qu'ils ne la comprennent pas. Ça lui est égal car elle ne recherche pas nécessairement la compagnie d'êtres inférieurs à elle. Il lui faut beaucoup pour attirer son attention, mais encore plus pour le gardé. Elle ridiculise tout ce qu'elle peut lorsqu'elle en à l'occasion et elle a peu l’habitude de se faire déstabiliser. Ariane ne se fâche rarement, mais c’est parce qu’elle en a pas vraiment eu l’occasion durant sa courte vie au couvent. Avec des choses qu’elle comprend, elle a une grande patience. Mais avec le temps cette patience s’est amenuisée et lorsque que quelque chose l’énerve, elle a tendance à s’isoler pour mieux comprendre ce qui se passe et ne pas se laisser aveugler par l’impulsion du moment. Elle pense avant d’agir. Ariane est orgueilleuse. Si un jour venait que quelqu'un réussirait à l'atteindre profondément, surtout intelligemment, elle perdrait cette carapace et ce regard fier et montrerait un intérêt démesuré envers cette personne. Malgré les apparences qu'Ariane laisse démontrer, elle n'a pas une opinion d'elle-même si haute qui l'empêche de voir clair. Grâce au moyen qu'on lui a donné, on remarque cependant d'elle une grande vivacité d'esprit et de capacité à apprendre et à retenir. Le sens de l'observation est très développé chez elle, et elle réfléchit beaucoup avant d'agir. Elle préfère anticiper les choses que de les laisser arriver. Mais le meilleur moyen de connaître Ariane, c'est d'arriver à avoir assez d'estime à son égard pour qu'elle ne s'ennuie pas en votre présence, car elle déteste l'ennuie qu'elle a tellement enduré durant ces longues dix sept années.


----------------------------------------------------

Histoire : C'est un miracle si aujourd'hui Ariane est en vie. Les seules choses qu'elle sait de son passé au-delà de ce que sa mémoire peut se souvenir est ce que les sœurs du couvent où elle a été adoptée lui ont dîtes. L'histoire, comme dans les films actuels, du panier trouvé à la porte lors d'une journée pluvieuse lui a été trop souvent conté. Et trop souvent les sœurs ont agis de façon indiscrète avec elle, lui laissant des doutes auxquelles elle n'avait pas besoin, vu son esprit déjà pensif et analytique. Toute son enfance, son éducation fût mit en avant. Ariane était la plus brillante des filles, demandant toujours plus et plus de savoir. La lecture, qui était son fort, occupait fortement la majorité de ses journées. Elle se distrayait du mieux qu'elle pouvait, regardant les autres se chamailler et se chicaner pour un tel jouet ou une telle poupée. Certaines sœurs parlaient que ce n'était pas une réaction normale d'une enfant de 7 ans, et d'autres disaient que c'était pour se replacer avec les années. Et pourtant ce ne fût pas le cas pour les dix prochaines années qui suivirent. Ô certes Ariane avait des amis, car elle avait un don qui fascinait les autres. Ce don d'être plus brillante, de formulé des phrases que même deux fois dîtes dans l'esprit des autres restaient incomprises, d'avoir l'air de prendre plaisir -ou plutôt de se moquer- de l'hypocrisie générale de l'humain, de la soif de pouvoir qui gouvernait les actes de certains, de la jalousie qui pouvait résider entre deux personnes de sexe opposé. Comme si rien pendant toute son adolescence l'avait atteinte, comme si elle n'avait jamais grandit.. Comme si elle avait eu, depuis toujours, ce don de paraître différente et tellement plus cultivé. Les soeurs parlaient d'elle comme d'une femme accomplie, que si elle avait plus de chance à la naissance elle aurait pu certainement faire partit de la haute société vue son goût exquis et ses talents. Les sœurs, incapable de la mixer aux autres, décidèrent de la retirer de l'école publique après seulement son primaire. Âgée de seulement 11 ans, se fut un choix très difficile à accepter. Elle ne put cependant se résigner à se plaindre. Se plaindre pour elle était de s’abaisser au niveau des autres, et c’était un comportement inacceptable. Ariane endurait la douleur comme une deuxième nature. Privée des autres, principalement d'une source de distraction, cela lui laissa place à encore plus d'imagination, où, année après année, se renouvelaient des hypothèses sur la partie manquante d'elle : son passé. Ariane excellait dans plusieurs domaines artistiques. Le piano, le dessin, l'écriture. Les sœurs la désignaient fièrement comme un modèle aux autres filles qui revenaient les fins de semaines, parlant excessivement des garçons qu’elles avaient côtoyés pendant la semaine. Et c'est ainsi que les dix sept premières années d'Ariane se déroulèrent, avec la même routine désolante et qui lui apportait aucun plaisir.

La journée de sa dix-septième année, un évènement qu'elle croyait désormais impossible arriva. Après un si long temps de prospérité, ce qu'on appelle maintenant la guerre des Deux Roses fût déclaré. Ariane, malgré tout son malheur, n'avait jamais encore vu autant de désespoir et de tristesse sur le visage des autres. Même elle ne semblait pas réaliser ce qui se passait. À peine avait-elle eu le temps de se rassurer d'elle-même que cela ne l'atteignait point qu'un bruit sourd, le plus puissant qu'elle avait entendu de sa vie entière, fit tomber toute sa constance acquise durant ses longues années de paix, seule. Même elle, qui faisait preuve d'un calme habituellement surprenant se retrouva au dépourvu. Une douleur aiguë transperça son épaule, les cris et les pleurs occupèrent ses pensées, l'obsédèrent. Et c'est à ce moment là qu'elle vu. Qu'elle vu toute la scène, qu'elle ouvra finalement ses yeux aveugles qui refusaient de croire l'ampleur du mal qui régnait autour d'elle. Le couvent, fait de pierre et qui ressemblait à un château, était à moitié détruit. À côté d'elle gisait des corps inertes de personne qui lui était familière, qui baignaient dans un lac de sang toujours grandissant. Elle vu le sang qui teintait sa robe tout au long de son bras, ainsi que la tâche rouge foncée de son épaule meurtrit. Refusant ainsi la mort, refusant le sort qui l'attendait, elle se mit à courir vers ce qui restait de la porte, s'enfonçant de plus en plus entre les hommes de l'Irlande qui, avec leur arme, la pointait. Un seul coup de feu et tout était fini, elle le savait. Elle avait tout appris sur ces guerres, sur ces armes et sur la cruauté qui guidait ces hommes. Dans sa course tout lui paraissait flou, et elle ne pouvait distinguer aucune voix parmi tous les autres. Devant elle le feu bloquait la porte, et derrière elle la mort l'attendait. Dans un ultime élan d'espoir, elle s'élança à toute allure vers le feu, lorsque quelque chose la tira vers l'arrière. Elle sentit une douleur vive à la tête, le sol dure de la pièce, avant que tout lui semble noir, si noir et si silencieux.

Pendant un moment, tout était calme. Il n'y avait plus de cris, de pleurs, de coups de fusil, de bombardements... Il y avait seulement du feu tout autour d'elle, à proximité, qui brûlait sa peau fragile sans qu'elle ait le pouvoir de bouger ou de crier à l'aide. Cet état d'être continua encore pendant des heures et des heures, les pires heures de sa vie, où elle se sentait encore vivre mais tout en étant trop faible pour lutter. Elle était réduite à l'impuissance, et sentait parfois quelques douleurs ici et là sur son corps chaud. Elle était coincée dans un cauchemar, sans qu'elle ait le choix de se réveiller. Après ce qui lui sembla des semaines, voir même des mois, elle commença à distinguer graduellement des sons, des odeurs et même des formes. Ses sens revenaient un à un, sans cependant qu'elle retrouve la force de bouger un de ses membres. Pendant tout ce temps, là seule chose qui ne s'était jamais trouvé au dépourvu était sa tête. Elle était bien là, et elle rendait Ariane consciente de tout ce qui lui arrivait. Graduellement, et exceptionnellement, elle retrouva l'usage de la parole, et l'usage de ses muscles. Jamais durant son coma elle n'avait pensé être morte. Jamais elle n'avait sentit être morte, et, jamais aujourd'hui elle n'avait sentit être autant vivante. Comme une noyade prolongée, elle put enfin respirer. Elle prit enfin une grande respiration, une comme l'on prend lorsque nous sommes sur le point de manquer d'air, de mourir. Sa gorge brûlait, ses yeux pleuraient, sa peau -au complet- était bouillante, comme après une longue fièvre qui a persisté trop longtemps. Ses joues rosies par le chaud, ses cheveux collés à sa peau de sueur, peu à peu elle reprenait vie. Toujours incapable d'ouvrir ses yeux, elle sentait cependant autour d'elle un environnement différent. Il y avait du vent sur sa peau qui la refroidissait, de l'eau salée sur sa bouche qui la fit goûter, qui lui prouvait qu'elle était bien là.. Qu’elle était toujours là.

Après un long moment, qui lui parut court en comparant le temps qu'elle soit endormit, elle trouva enfin la force d'ouvrir les yeux. Elle pu seulement bouger lorsque son corps fut refroidi. Ses muscles étaient engourdis, et faibles. Elle resta étendu sur le sol, qui, cette fois n'était pas de la pierre froide et humide, mais un gazon sec et doux. Le couvent avait disparu, toute sa douleur également. D'un mouvement effréné, elle délivra son épaule de ses vêtements déchirés pour y voir une cicatrice ronde, d'un diamètre d'environ 2 cm. Elle eut un pincement au cœur en voyant une vilaine gale, de sang séché brun foncé et noir. La peau autour de sa blessure était encore plus blanche qu'à l'habitude, démontrant une peau fragile et frêle. Elle passa une main à ses cheveux, d'un mouvement désespéré lorsque son visage brûla. Elle cria d'un cri de mort, sentant chaque parcelle de sa peau où son tattoo était, brûlée et consumée sa peau. Quand elle voulut le toucher du bout du doigt, elle se brûla l'index, qui ne parut avoir aucune marque. Son tattoo était désormais d’une couleur rouge sang, rouge vif, comme le feu. Sa marque de naissance la fit souffrir ainsi, lui démontrant inconsciemment sa nouvelle destinée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dermès Daëmon
Gardien du Feu
avatar


MessageSujet: Re: Ariane Lothlorien (Acceptée)   Lun 6 Avr - 20:54

Ooooh, elle m'a tellement manquée!

Bienvenue! I love you

FICHE ACCEPTÉE (sans hésiter un instant)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Näel Enyx
Nouvel Arrivé
avatar


MessageSujet: Re: Ariane Lothlorien (Acceptée)   Mar 7 Avr - 10:10

Salut et bienvenue. Je t'ai donné ton groupe et ton rang. Je te souhaite une bonne inspiration ^_^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ariane Lothlorien (Acceptée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ariane Lothlorien (Acceptée)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elemental Shadows :: Avant le jeu... :: Présentations de personnages :: Fiches Acceptées-
Sauter vers: